Saint-Pétersbourg au Liban : Rencontre culturelle Russe au Collège

Printer-friendly versionSend by emailPDF version

« Si pour beaucoup de gens, Saint-Pétersbourg est en Russie, ce n'est pas la Russie !
C'est Saint-Pétersbourg tout simplement ; une ville originale par son aspect, née de la volonté de Pierre le Grand, qui ouvrit ainsi une fenêtre sur la grande mer septentrionale…».

Jean-Bernard Cahours d’Aspry

La Russie était à l’honneur pour une soirée culturelle le vendredi 2 novembre 2018. Organisée conjointement par l’ambassade de Russie au Liban et le Centre culturel du Collège, cette rencontre portait sur un vaste éventail de la vie culturelle tant de la fameuse capitale impériale que d’autres contrées plus lointaines et plus reculées.

 

Exposition

C’est bien sur les bords de la Néva qu’ont éclos les arts russes dans toute leur majesté, dans leur diversité musicale, littéraire, dans les multiples arts de la scène…  

L’exposition de Jamhour s’est articulée autour de photographies panoramiques de Russie, de son patrimoine architectural et de sa conquête spatiale du XXe siècle. Un coin artisanal rassemblait de beaux travaux de broderie, de tissage, des répliques des œufs de Fabergé, et les fameuses Matriochka déclinées sous divers motifs.

À l’auditorium Naoum Khattar, l’on passait un documentaire touristique sur Saint-Pétersbourg, et la vie trépidante qui y règne. Les places, le Palais d’hiver, les ponts sur la Néva… un bouquet artistique et historique donnant envie de s’y rendre au plus vite.

 

Présence officielle

La présence de l’ambassadeur de Russie S.E.M. Alexandr Zasypkin et de diplomates de l’ambassade a placé cette manifestation sous un angle officiel.

Un entretien privé a réuni le P. Batour et son hôte l’ambassadeur Zasypkin avant que les deux hommes se dirigent vers le Centre Culturel où ils se sont arrêtés devant chaque stand de l’exposition.

Dans son mot de bienvenue, le P. Batour s’est dit heureux de connaître la culture russe et de la partager avec les élèves et les présents. Remontant quelques siècles, on ne peut oublier, précise-t-il, la relation de la Compagnie de Jésus avec l’Empire Russe sous le règne de la Grande Catherine. Cette impératrice Orthodoxe qui a offert la protection aux jésuites, leur confiant même l’éducation de ses propres enfants. Et le P. Batour de conclure en renouvelant la relation du Collège avec la culture russe. (Discours du P.Recteur)

Pour sa part, l’ambassadeur de Russie S.E.M. Alexandr Zasypkin a adressé un bref message, manifestant sa joie de partager les arts russes avec le public libanais. Il a reçu du Père Recteur une plaque souvenir en reconnaissance à sa visite à Jamhour.

 

Concert et spectacle chorégraphique

Un programme riche d’une vingtaine d’interprétations chorales et de danses a enchanté le public, transportant les uns sur les plaines glacées de l’Ouest, les autres sur les bords de la Volga ou dans les belles villes des provinces russes.
D’emblée, les danseurs ont conquis la scène… habillés de costumes ailés, brodés de motifs dorés, ils brassaient l’air, emportant dans leur tourbillon les nombreux regards ébahis.

Edelweiss et l’École de musique no 18 sont des chœurs de jeunes qui ont interprété de leurs voix cristallines des chants patriotiques du folklore russe et des airs traditionnels à la gloire de la Russie. Tantôt accompagné au piano, tantôt à la flûte traversière, chaque chant est en soi un chef-d’œuvre.
Un jumelage entre Saint-Pétersbourg et le Japon a donné lieu à deux chants d’inspiration nipponne, interprétés par des chanteurs accompagnés au piano.

Le spectacle a pris un tournant euphorique avec Kalinka, un chant à la mélodie connue de tous, entonné conjointement par la chorale et l’orchestre NDJ, les chœurs russes et les danseurs folkloriques.

Place ensuite à deux chants libanais de Mansour Rahbani, interprétés avec majesté. Le dernier chant au programme revenait aux chœurs communs sur une composition de Haytham Azzi, « Notre-Dame de la colline ».

Un retour en force du folk russe a surpris le public avec une 2e version de Kalinka, rythmée par les acrobaties et les pirouettes des couples de danseurs en costume cosaque. 

 

Dégustation

Le buffet qui attendait les présents avait quelque chose de surprenant. L’on pouvait s’attendre aux canapés de caviar arrosés de shots de vodka… mais à côté, il y avait des sushi, sashimi… et un grand plat de Borghol bi tfin, accompagné de laban… À croire que, finalement, même si les milliers de kilomètres nous séparent, la tradition culinaire peut rapprocher !

 

Une expérience intéressante de la Grande Russie ou de toutes les Russies s’est offerte en ce 2 novembre au public de Jamhour, le mérite revient à l’ambassade de Russie au Liban et aux organisateurs au Collège : Mmes Marie Jo Hanna, Violette Ghorra, M. Dany Abi-Hawbar, le recteur P. Charbel Batour, le vice-recteur P. Denis Meyer, le directeur de l’école de Musique M. Haytham Azzi.

 

NC - BCP