Concours Journée des langues USJ Lauréat : remporté par Eulalie Serhal (1re 2)

Printer-friendly versionSend by emailPDF version

Le concours Journée des langues USJ Lauréat,
remporté haut la main par
Eulalie Serhal (1re 2)

Dans le cadre des activités culturelles organisées par l’Université Saint-Joseph, un concours intitulé Journée des langues s’est tenu à la Faculté des Langues de l’USJ le mercredi 18 mars 2015. L’objet du concours consistait en un discours oral sur le thème ‘’Mono, bi ou plurilinguisme’’. Les participants étaient des élèves issus de tous les établissements du pays, à raison d’un participant par établissement. Fait notoire, notre représentante jamhourienne Eulalie Serhal (1re 2), qui a été 2e lauréate toutes catégories confondues, s’est brillamment distinguée en remportant le 1er prix chez les filles.

 

Voici le poème rédigé par Eulalie à l’occasion du concours

Ciel, à qui voulez-vous désormais que je fie

Le bonheur de parler plusieurs langues dans ma vie ?

Reprenez ce pouvoir que vous m’avez donné

Si, pour bien l’exercer, il me faut tant lutter.

Arabe, anglais, français, mes trois langues adorées

Que ne ferais-je donc pour les honorer !!!

La première raconte mon terroir bien-aimé,

La seconde me permet de partout voyager.

Quant au français, malgré ses difficultés,

C’est lui qui me fait rire, chanter et rêver !

Mais ces trois langues, richesse de notre identité

Nous ont-elles, jusqu’ici, poussés à nous aimer ?

Ont-elles été fidèles à leur rôle essentiel

Entre les cultures, jeter des passerelles ?

Non, Seigneur, non. Nos identités particulières

Ont été, jusque-là, bien meurtrières.

Nous avons puisé dans nos trois dictionnaires

Des mots que nous avons érigés en barrière.

Mon pays, transformé en Tour de Babel,

Oublie que le dialogue est son précieux label.

Comment faire, Seigneur, pour préserver le prisme

Des valeurs issues de notre trilinguisme ?

Comment faire pour détruire cette langue de bois

Que nos dirigeants manient tant de fois,

Qui fait fuir notre jeunesse ou la laisse aux abois ?

Ah !  si je pouvais de ces langues ôter

Tout ce qui exprime la haine et la lâcheté,

Inventer des mots arabes, anglais, français

Pour dire encore plus l’amour, la liberté.

Quant à leur maîtrise et leur correction,

Il nous faut nous tourner vers l’éducation.

Nous avons sacrifié la langue de Voltaire

De Shakespeare, de Gibran et celle de Molière

Aux vulgaires exigences de notre cellulaire !

24h sur 24 nous restons connectés,

Mais avons oublié comment communiquer.

Que nous sert cet acharnement technologique

Au détriment de nos richesses linguistiques.

Des valeurs humanistes soyons les héritiers

Pour tenter de sauver notre société.

Et les soirs, quand se couche le soleil dans le lointain 

Écoutons nos trois langues nous parler de l’humain…

 

Eulalie Serhal, 1re2 (Préfecture Saint-Louis de Gonzague)

À lire aussi du même auteur :