Evénements

Ouverture de la "Magie de Noël sur la Colline"

14 décembre 2018, 18h30

Radicalement transformé par un coup de baguette magique, le préau de la grande cour s’est métamorphosé en un merveilleux village de Noël.
Sous l’impulsion d’un petit groupe de personnes [Sandra Raffoul Bouhabib, Zeina el Murr Younes et Nicole Wakim Freiha], un vent de Laponie a soufflé sur Jamhour offrant au public dès midi, une féerie incroyable que seul Noël peut inspirer.

18h30 l’ouverture officielle
Le vent glacial et les basses températures du soir sur la colline n’ont pas découragé les parents et amis du Collège. L’immense brasero dégageant bien la chaleur et l’odeur particulière d’un Noël en montagne.
La bénédiction a été donnée par le P. Denis Meyer, vice-recteur, en présence du recteur P. Charbel Batour, du P. Pierre Wittouck et d’une foule compacte de jeunes et de moins jeunes.
Le P. Meyer a choisi pour l’occasion un passage de l’Evangile de saint Jean « Aimez-vous les uns les autres », rappelait-il au pied du sapin, devant la Crèche.

Magie de Noël sur la Colline (14-16/12/2018)

Le Collège Notre-Dame de Jamhour organise son premier Marché de Noël

La Magie de Noël sur la Colline

du vendredi 14 au dimanche 16 décembre 2018 de midi à 21h

Anciens, parents et amis seront les bienvenus pour vivre ensemble un moment chaleureux et convivial autour de nombreux artisans qui proposeront une grande variété de spécialités et coffrets de Noël...
Nous comptons énormément sur votre soutien et votre présence.

Accès par le Grand Collège, stationnement sur la grande cour.

75 ans d’Indépendance (21 novembre 2018)

(Fête du Drapeau et de l’Indépendance : mercredi 21 novembre 2018)

75 ans se sont écoulés depuis que les détenus de Rachaya ont été libérés,
75 ans depuis que l’actuel drapeau libanais a été approuvé,
75 ans depuis que le Liban a acquis son indépendance, devenant alors le premier pays du Moyen-Orient à s’affranchir d’une tutelle étrangère.

Trois quarts de siècle, cela peut sembler long ou pas assez, mais ce sont toujours le même cri et les mêmes revendications qui font écho chez les Libanais.

Et pourtant, au Collège Notre-Dame de Jamhour, la fête de l’Indépendance et la fête du Drapeau sont célébrées différemment chaque année.

Pour l’édition 2018, un hommage particulier a été rendu à l’armée libanaise. Le Général Sélim Feghali, commandant de la garde républicaine, le Général Marwan Sleilati, commandant en chef de la gendarmerie territoriale, Mme Pauline Mansour, épouse du Général Antoine Mansour, chef des services de renseignements, ainsi que plusieurs parents d’élèves, officiers de l’armée libanaise, étaient invités à partager les célébrations avec les élèves, les éducateurs ainsi que le recteur et le vice-recteur.

La rencontre des 3e, 2de et 1re avec M. Désérable

Désérable, la littérature à portée de main ?

Les lundi 5 et mardi 6 novembre 2018, le Collège Notre-Dame de Jamhour a eu la joie d'accueillir un jeune écrivain français M. François-Henri Désérable, dont les oeuvres phares "Tu montreras ma tête au peuple", "Évariste" et "Un certain Monsieur Piekielny" ont fait le succès.

Saint-Pétersbourg au Liban : Rencontre culturelle Russe au Collège

« Si pour beaucoup de gens, Saint-Pétersbourg est en Russie, ce n'est pas la Russie !
C'est Saint-Pétersbourg tout simplement ; une ville originale par son aspect, née de la volonté de Pierre le Grand, qui ouvrit ainsi une fenêtre sur la grande mer septentrionale…».

Jean-Bernard Cahours d’Aspry

La Russie était à l’honneur pour une soirée culturelle le vendredi 2 novembre 2018. Organisée conjointement par l’ambassade de Russie au Liban et le Centre culturel du Collège, cette rencontre portait sur un vaste éventail de la vie culturelle tant de la fameuse capitale impériale que d’autres contrées plus lointaines et plus reculées.

 

Exposition

C’est bien sur les bords de la Néva qu’ont éclos les arts russes dans toute leur majesté, dans leur diversité musicale, littéraire, dans les multiples arts de la scène…  

L’exposition de Jamhour s’est articulée autour de photographies panoramiques de Russie, de son patrimoine architectural et de sa conquête spatiale du XXe siècle. Un coin artisanal rassemblait de beaux travaux de broderie, de tissage, des répliques des œufs de Fabergé, et les fameuses Matriochka déclinées sous divers motifs.

À l’auditorium Naoum Khattar, l’on passait un documentaire touristique sur Saint-Pétersbourg, et la vie trépidante qui y règne. Les places, le Palais d’hiver, les ponts sur la Néva… un bouquet artistique et historique donnant envie de s’y rendre au plus vite.

Victoire de Max Pro à la compétition mondiale des inventions, IENA 2018

Technologie

Victoire de Max Pro à la compétition mondiale des inventions, IENA 2018

 

Une nouvelle version de MAX PRO (MAXIMUM PROTECTION) a remporté la médaille d’or de sa catégorie au Trade Show for "Ideas - Inventions - New Products, qui s’est tenu du 1er au 4 novembre à Nuremberg en Allemagne.

Une compétition très serrée rassemblant 980 inventions mondiales. Le Libran s’est illustré par la participation de Jamhour qui a présenté son nouveau Max pro réalisé par :

  • Ryan Dib-Nehmeh SG1
  • Janine Bikai SV1
  • Karl Moussallem 1re7
  • Marco Karam 1re5
  • William Abou Khalil 1re2
  •  Le projet a remporté également une Appréciation Spéciale de l’IFIA (International Federation of Inventors Association).

Bravo aux élèves et à l’équipe d’enseignement de technologie.

Inauguration du Nouveau Bâtiment au Collège Saint-Grégoire (09/10/2018)

Surprenant le regard du visiteur, le Collège Saint-Grégoire a pris, en cette année 2018, une envergure nouvelle, s’étendant en surface et en bâtiments afin de pousser plus loin son développement et offrir à ses élèves les meilleures structures et les équipements les plus innovants.

L’inauguration du Nouveau Bâtiment a rassemblé des acteurs du secteur éducatif au Liban, des parlementaires et des amis du Collège autour du recteur, P. Charbel Batour, du vice-recteur P. Denis Meyer et de la communauté jésuite de Jamhour.

Placée sous le patronage du gouverneur de la ville de Beyrouth, le juge Ziad Chbib, la cérémonie a débuté par le mot de bienvenue de la directrice déléguée du Collège, Mme Amale Barakat, qui a mêlé dans son discours la poésie à la couleur pour placer chacune des constructions de Saint-Grégoire dans les tonalités de la nature. [Consulter l’intégralité du mot]

Un film documentaire a ensuite retracé l’histoire du Collège de 1928 à 2018, passant en revue les développements, mais aussi les drames qui ont jalonné 90 années d’existence. (https://www.youtube.com/watch?v=wOLK_eKOufA)

Conférence du Dr Claude Comair à Jamhour (05.10.2018)

[5 octobre 2018, Centre culturel de Jamhour]

Diplômé en architecture de l’USEK puis en génie environnemental du Japon, Claude Comair a fondé en 1988 DigiPen en Californie, une école et une université spécialisée dans la technologie et l’intelligence artificielle. Il est également co-fondateur et « chairman » de Nintendo USA.

Homme avenant, d’une grande humilité, Claude Comair se présente au public de Jamhour en revenant sur son parcours scolaire. À grand renfort d’anecdotes sur la pédagogie telle qu’elle était appliquée de son temps dans les écoles, il conquiert le public en démontrant que l’échec scolaire peut mener à une vision différente des choses que l’on apprend.

Appliquant une didactique particulière, DigiPen aborde l’apprentissage par ses finalités. L’étudiant, à travers la conception d’un jeu vidéo par exemple, est amené à comprendre l’utilité des maths pures, de la physique, etc. Sa motivation serait le moteur des apprentissages. Mener à bien un projet dépend des connaissances que l’étudiant a acquises.

Le Recteur du Collège Notre-Dame de Jamhour décoré Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques

Le P. Charbel Batour a reçu la décoration des mains de Mme Véronique Aulagnon, représentant l’ambassadeur de France M. Bruno Foucher.

Le samedi 16 juin 2018, le Collège Notre-Dame de Jamhour partageait l’honneur fait à son recteur au cours d’une cérémonie à la fois solennelle et privée rassemblant des officiels, diplomates, députés et ministres, des représentants de l’Institut français du Liban, du ministère de l’Education nationale, le père Boutros Azar secrétaire général des écoles catholiques au Liban, des pères de la communauté jésuite, des collègues ainsi que des amis et des proches du P. Batour. Inscrivant cette distinction dans le sillage de la traditionnelle collaboration culturelle franco-libanaise, le P. Batour a voulu vivre l’honneur qui lui est accordé avec toute l’institution, rappelant dans son allocution l’action des jésuites travaillant au Collège depuis 168 ans et présents au Liban dès la fin du XVIe siècle.

La cérémonie a débuté par l’allocution de Mme Véronique Aulagnon, Directrice de l'Institut français du Liban et Conseillère de coopération d'action culturelle. Avant de remettre sa décoration au P. Charbel Batour, elle s’est exprimée surtout pour rappeler que l’ordre des Palmes Académiques, la plus ancienne distinction accordée à un civil, est aujourd’hui remise au P. Charbel Batour à double titre, personnel et institutionnel, pour tout ce que la culture francophone doit aux institutions éducatives dirigées par les jésuites depuis près de deux siècles.

Saluant en P. Batour l’éducateur engagé, l’humaniste soucieux du bien commun, Mme Aulagnon a relevé l’importance des réseaux scolaires libanais pour la culture française et francophone. La France, par cette distinction, apprécie l’engagement du P. Charbel Batour à former, à travers les établissements jésuites au Liban, des citoyens défenseurs de l’ouverture culturelle. La France se reconnaît dans votre parcours, dans votre passion à apprendre et à comprendre tout en cultivant votre identité orientale, a-t-elle achevé.

Fête du Drapeau et de l’Indépendance (20 et 21 novembre 2017)

C’est pareil tous les ans, mais tellement différent !
Chaque pays a sur son calendrier un jour de fête nationale, mais notre 22 novembre semble, chaque année, porteur d’un message déterminant.

L’on a beau critiquer la dépendance de notre pays vis-à-vis de la politique internationale, les défaillances de la politique locale, le peu d’actions des organismes étatiques, etc., il n'en demeure pas moins dans notre inconscient collectif une fierté qui se réveille au dernier tiers du mois de novembre…

Une fierté que nous avons tout intérêt à faire durer les onze autres mois de l’année, une fierté qui doit se traduire en actions, en attitudes, pour devenir productive et digne d’espérance.

Pages