Contre vents et marées, le CNDJ fête l’Indépendance du Liban (20/11/2015)

Printer-friendly versionSend by emailPDF version

[Album photos : cross Moyens]
[Album photos : cross Grands]
[Cérémonie Fête du Drapeau (Moyens)]
[Cérémonie Fête du Drapeau (Grands)]

Contre vents et marées, le Collège Notre-Dame de Jamhour
fête l’Indépendance du Liban

Cette année, en dépit des nombreuses difficultés que traverse notre pays, le Collège Notre-Dame de Jamhour a tenu, à sa façon et à son échelle, de ne pas baisser les bras et de manifester, contre vents et marées, son amour pour la terre de nos ancêtres et son attachement indéfectible à notre identité libanaise pour laquelle tant de martyrs ont donné leur vie… C’est ainsi que le vendredi 20 novembre 2015 tout le Collège a salué le Drapeau Libanais dans le cadre d’une cérémonie qui s’est déroulée en trois temps :

9h-10h : la cérémonie des Petits (12e → 7e)

Le Petit Collège a célébré la fête du drapeau en présence du père recteur, le R. P. Charbel Batour s.j. Les 12e et 11e ont défilé sur une musique militaire, puis ils se sont alignés de façon à former avec leurs corps le mot « LIBAN ». Ils ont aussi dansé sur l’air de « Je suis un enfant de paix » et enfin ont clôturé leur défilé par une marche militaire. Quant aux 10e – 7e, ils sont arrivés sur la cour au rythme des chants patriotiques puis ils ont pris place pour regarder le sketch sur «فخرالدين », la danse « دبكة لبنلن » et le sketch sur l’indépendance du Liban préparés par leurs camarades de 8e et 9e. Le drapeau libanais (sur lequel le P. Batour a apposé sa signature) a ensuite été levé et tout le monde a chanté en chœur l’hymne national libanais. Après la danse « هلي عالريح », les enfants ont chanté d’une même voix le célèbre chant patriotique qu’ils ont longtemps préparé et répété à l’école et à la maison :  «يا جندي يا باني العز ».

La cérémonie a été clôturée par les mots du préfet M. Albert Melhem et du R. P. Charbel Batour. M. Melhem a rappelé - en libanais - aux élèves que nous fêtions ce jour-là le drapeau ainsi que tout Libanais qui aime le Liban et la terre libanaise. Il a également insisté sur la fierté d’appartenir au Liban et sur l’importance de s’unir pour grandir ensemble sur cette terre. À son tour, le P. Batour s’est exprimé dans un langage pédagogique que les élèves ont bien écouté. Le contenu du message a ainsi été bien compris par tous : si on aime le Liban, on doit bien vivre et être des partisans de paix, travailler, étudier et bien étudier la langue arabe et surtout vivre ensemble. C’est dans cet esprit que le père recteur a invité les élèves à participer le lendemain, à savoir le 21 novembre 2015 à 11h, à la messe des martyrs suivie par l’inauguration du mémorial.

 

11h10-12h10 : la cérémonie des Moyens (6e → 3e)

Les élèves de 6e – 3e quant à eux se sont retrouvés sur les gradins de la Halle Saint-André (Grand Collège) pour célébrer, en présence des Révérends Pères Batour, Meyer et Dalmais, de leurs préfets, professeurs et accompagnateurs, la fête du Drapeau. La cérémonie a été ouverte par la fanfare de l’Armée, suivie par le défilé d’élèves scouts brandissant les drapeaux du Liban et du Collège. Ensuite, l’hymne national a été chanté par tous, suivi d’une minute de silence à l’intention des martyrs de l’Armée.

Dans un deuxième temps, les mots de l’élève Maria Maalouf (3e 1) et du Père Recteur ont eu à cette occasion une résonance profonde dans les cœurs et les esprits… Ainsi, Maria Maalouf, s’exprimant en libanais, a souligné la dimension sacrée du nom « Liban » en recourant notamment à son étymologie arabe « Loubnan » (cœur de Dieu) ainsi qu’à une belle parabole mettant clairement en valeur la mission d’un Liban-message, symbolisant l’amour, la paix, le partage, le vivre ensemble, le dialogue des cultures. Par ailleurs, s’interrogeant sur le véritable sens de l’indépendance, elle a déploré en ce jour l’absence du défilé de l’armée dans les rues de notre pays et surtout la cruelle absence de président, de tête dirigeante, de lois… Son mot a surtout porté sur la nécessité d’une identité « Liban » à défaut de laquelle point d’indépendance…

Le Père Recteur, dans son allocution, a d’abord félicité l’élève pour son aisance et pour le choix qu’elle a fait de s’exprimer en libanais. Il a aussi souligné que les élèves, à leur échelle, sont capables dès aujourd’hui de réaliser l’indépendance et de la vivre pleinement dans les situations concrètes et simples telles que le fait de bien apprendre, de bien étudier, de bien se comporter, de bien faire tout ce qu’ils font… d’aimer notre pays même dans nos loisirs, qu’ils soient ainsi la preuve de notre attachement à l’Indépendance. Ainsi la vraie indépendance, loin d’être une idée abstraite, est avant tout une action, une attitude, une façon d’être. Le P. Batour a par ailleurs mis l’accent sur le fait qu’aimer le Liban devrait être une condition d’admission au Collège Notre-Dame de Jamhour. Toujours dans cette lancée, le recteur a salué les efforts réalisés par le département d’histoire-géographie lequel a tenu à insérer au programme l’étude de l’histoire du Liban, une étude objective et unifiée sans quoi « Un peuple qui n’a pas de mémoire risque dans quelques années de refaire les mêmes erreurs ». Enfin, même appel que celui adressé au Petit Collège, le recteur a invité les élèves à participer le lendemain à la messe et à l’inauguration du mémorial des martyrs de la guerre du Collège Notre-Dame de Jamhour.

Enfin, pour clôturer cette belle cérémonie, les élèves de 6e, sous la direction de leur professeur de chant M. Kamal Moukarzel, ont enchanté leur auditoire par leur magnifique interprétation de chants patriotiques et d’autres non moins célèbres de notre patrimoine musical populaire.

14h20-14h50 : la cérémonie des Grands (2de → Terminale)

Tableau final de la fête du Drapeau : la cérémonie des Grands à savoir les élèves de 2de, 1re et Te. L’ouverture, signée par le mot des élèves, était centrée sur l’importance de l’union et de la solidarité entre Libanais, toutes confessions confondues. Prononcé par deux élèves de Terminale, l’une chrétienne et l’autre musulman, leur discours illustre on ne peut plus clairement les aspirations de la Promo 2015 [voir mot des élèves].

Ensuite, dans son mot d’invité d’honneur, le Général Khalil Hélou, militaire à la retraite et fondateur du mouvement « Liban message », a d’abord remercié le Collège de l’avoir invité à cette cérémonie qui représente pour lui une opportunité de dialogue avec la génération de demain. Le Général Hélou a aussi félicité Louana et Mohamad pour leurs discours, avant de s’adresser aux élèves en insistant sur la chance qu’ils ont de pouvoir poursuivre leurs études, contrairement à sa génération à lui qui a dû porter les armes pour défendre la patrie. Il a poursuivi en invitant les élèves à faire une lecture objective de l’histoire du pays et terminé son allocution en affirmant que sans dialogue et entente la paix n’est pas possible.

À son tour, le recteur a félicité également Rowena et Mohamad pour leur discours singulier et touchant ; il a de même félicité les deux groupes d’élèves qui ont remporté les compétitions internationales de technologie cette année. Il a convié les élèves à participer à la messe et à l’inauguration du Mémorial des Martyrs du Collège, le samedi 21 novembre.

Enfin, les délégués de terminale ont clôturé la cérémonie par une dabké sur les airs de راجع يتعمر لبنان   avant de recevoir des mains du Général Hélou le « passeport du Liban Message ».