Les pères jésuites

Les pères jésuites

الرئيس عون استقبل مدير مدرسة سيدة الجمهور الأب شربل باتور مع وفد من الآباء اليسوعيين

الرئيس عون استقبل مدير مدرسة سيدة الجمهور الأب شربل باتور مع وفد من الآباء اليسوعيين الذين عرضوا مع رئيس الجمهورية الواقع التربوي الراهن.
كما شكروه على مواساتهم بوفاة الأب جان دالميه الذي منحه الرئيس عون وسام الأرز الوطني من رتبة كومندور تقديرا لعطاءاته التربوية والاجتماعية.

Messe des funérailles du R.P. Jean Dalmais, S.J.

[Dimanche 1er septembre 2019]

L’émotion a régné sur la Colline en cette journée d’adieu au P. Jean Dalmais, où une foule très dense a associé sa peine à celle de la Communauté Jésuite et de la famille du Père Dalmais, rendant par sa présence un hommage appuyé à celui qui a consacré sa vie à l’éducation et au Liban.

Faut-il rappeler l’engagement du P. Dalmais auprès de nombreuses générations au Collège ou encore son engagement pour notre pays durant les années les plus difficiles de la guerre ? Sa présence bienveillante et assidue auprès des mouvements qu’il a accompagnés ?

La vie du P. Dalmais fut celle d’un missionnaire accomplissant chaque jour le dessein que le Seigneur a voulu pour lui.

À 17h, l’église du Collège peinait déjà à contenir les nombreux présents. Aux côtés de la communauté jésuite, des représentants de communautés religieuses, des évêques, les représentants du chef de l’état, le député Alain Aoun, et du chef du gouvernement, M. Daoud Sayegh, se sont associés aux obsèques, ainsi que l’ancien président S.E.M. Amine Gemayel, Mme Salina Grenet-Catalano, représentant l’Ambassadeur de France, M. Karim Ben Cheikh, consul général de l’Ambassade de France et M. François Abi Saab, conseiller de l’ambassadeur de l’Ordre Souverain de Malte.

La cérémonie, présidée par le Provincial de la Compagnie de Jésus, le R.P. Dany Younès, avec, à ses côtés, les jésuites de la Province du Proche-Orient et le R.P. Xavier Brac de la Perrière, neveu du P. Jean Dalmais, a été animée par la chorale et l’orchestre de Jamhour avec le recueillement qui sied en cette circonstance.

Le recteur, P. Charbel Batour S.J., a choisi et lu l’Évangile de Saint Matthieu sur la parabole des talents, un texte que le père Dalmais affectionnait particulièrement, avant que le P. Denis Meyer S.J. prononce son homélie dans laquelle il a établi un parallèle entre les serviteurs dans cette parabole et le P. Jean Dalmais. [Homélie Texte intégral]

L'Orient-Le Jour : Jean Dalmais, l’esprit du Liban-message

Agenda > Hommage
Général Khalil HÉLOU | OLJ - 17/08/2019

Les réseaux sociaux se sont activés le jour de l’Assomption suite à la nouvelle du décès en France du père Jean Dalmais, pilier de la Compagnie de Jésus au Liban.

Mes premiers contacts avec le RP Dalmais remontent à 1978, lors de mon bref cheminement dans l’enseignement scolaire sur les bancs du Collège Notre-Dame de Jamhour (CNDJ) [1978-1982]. Le RP Pierre Madet en était alors le recteur et le RP Jean Dalmais le préfet.

C’était juste après la guerre des cent jours qui avait opposé les résistants libanais aux forces d’occupation syrienne, durant laquelle les régions de Baabda, Hadeth, Aïn el-Remmané et Achrafieh, entourant le collège, avaient subi les pires bombardements de l’histoire du Liban. Inutile de dire qu’en de telles circonstances, il fallait une volonté solide pour relever le CNDJ. Le RP Dalmais programmait l’enseignement qui n’avait pas lieu au quotidien faute d’élèves et d’enseignants, compte tenu des circonstances sécuritaires.

J’étais alors étudiant en 5e année à la faculté de pharmacie de l’Université Saint-Joseph et j’avais été sollicité par le RP Madet pour assurer l’enseignement de chimie dans les classes secondaires en remplacement de Mme Manolli. Nous étions plusieurs enseignants de Baabda à assurer l’enseignement aux élèves des classes secondaires qui seuls venaient au collège, dont Robert Courson, Assaad Hajjar, Habib Kassis, Raja Boulos, Joseph Abou Chacra, Amale Harfouche et moi-même.

C’était une vraie aventure que de passer chaque jour les points de contrôle syriens à proximité du collège. Dalmais menait la danse auprès de Pierre Madet. L’équipe du CNDJ de l’époque ne manquait pas d’hommes responsables et solides, notamment les RRPP Charvet, Maillet, de Guilhermier, Lagrevol, avec Bernard de Bonnevigne et Jacques Triolet, qui remplissaient de vie le CNDJ alors que, tout autour, l’ambiance était loin d’être idéale. Nous sentions que nous étions en train de défier ceux qui voulaient tuer le pays... et c’était vraiment le cas...

Lire la suite :https://www.lorientlejour.com/article/1182894/jean-dalmais-lesprit-du-li...

L'Orient-Le Jour : Un constructeur de personnalités et de ponts

Liban > Hommage
Père Salim Daccache Recteur de l’USJ | OLJ - 17/08/2019

Jean Dalmais, le recteur, le préfet, l’aumônier, le moniteur de ski, le prêtre et le jésuite, était connu comme l’homme aux valeurs sûres. Valeurs humanistes de courage, de solidarité, d’écoute et de confiance. Valeurs spirituelles de foi chrétienne engagée, de dialogue avec les autres, les proches et les lointains, les semblables et les différents de religion ou de philosophie. Valeurs sociales de profond respect d’autrui, d’amour du pauvre et de l’abandonné.

Un homme de conviction qui pouvait être toujours disponible et prêt à servir comme le scout qu’il a été durant toute sa vie. Il faisait partie de cette belle cohorte de jésuites lyonnais, les RR PP Mayet, de Guilhermier, Charvet, Clément, Chamussy et tant d’autres qui, pendant plus d’un demi-siècle, ont été au service de la formation de l’esprit et du cœur des jeunes au Collège Notre-Dame de Jamhour.

Lire la suite : https://www.lorientlejour.com/article/1182942/un-constructeur-de-personn...

Le Révérend Père Jean Dalmais, S.J. a rejoint le Seigneur le 15 août 2019

Le Révérend Père Jean Dalmais, S.J. a rejoint le Seigneur le 15 août 2019 en France, le jour de la fête de l'Assomption de la Vierge Marie.

Éducateur exceptionnel, estimé et respecté de tous, le Père Dalmais demeure une figure emblématique du Collège. Considéré comme la mémoire vivante de Jamhour, il a accompagné des générations d’élèves depuis 1961.
Il s’est illustré par sa simplicité, son humanité, sa fidélité et son attachement au Liban, son pays d’adoption. Malgré les années, il s’est toujours distingué par sa jeunesse d’esprit et sa grande sagesse. Il est entré dans la lumière éternelle, qu’il repose en paix.

L'Orient-Le Jour : Messe d’action de grâces à l’USJ pour le père Frans Van der Lugt s.j.

L'Orient-Le Jour
10.04.2019

L’Église au Liban a commémoré dimanche dernier le souvenir du père Frans Van der Lugt, assassiné le 7 avril 2014 à Homs (Syrie). Présidée par le père Arturo Sosa, supérieur général des jésuites, une messe d’action de grâces à sa mémoire a été célébrée en l’église Saint-Joseph des pères jésuites de Beyrouth. Né en 1938, ce jésuite néerlandais a été assassiné de deux balles dans la tête à l’intérieur du jardin de sa communauté, à Homs, en 2014. Âgé de 76 ans, il vivait en Syrie depuis 1966. Alors que la guerre y faisait rage, il avait tenu à rester dans son couvent de Boustan el-Diwan, situé dans la vieille ville de Homs, en signe de solidarité. Les circonstances de sa mort n’ont jamais été éclaircies. Différents groupes rebelles étaient retranchés dans le quartier où se trouvait son couvent...(continuez la lecture)

Messe d’action de grâces : P. Frans Van der Lugt, S.J. (07.04.2019)

À l’occasion du 5e anniversaire du martyre du
P. Frans Van der Lugt, S.J.

 

 

La Compagnie de Jésus au Proche-Orient et au Maghreb
vous invite à participer à la messe d’action de grâces
qui sera présidée par le Supérieur général de la Compagnie de Jésus
le T.R.P. Arturo Sosa, S.J.
le dimanche 7 avril 2019 à 9h30
en l’église Saint-Joseph des Pères Jésuites
Achrafieh, Beyrouth

L'Orient-Le Jour : Père Abou, symbole de la "résistance culturelle" contre l'occupation syrienne, n'est plus

À La Une > Liban > 23/12/2018

Grande figure intellectuelle, l'ancien recteur de l'Université Saint-Joseph est décédé à l'âge de 90 ans.

L'ancien recteur de l'Université Saint-Joseph (USJ) entre 1995 et 2003, le père Sélim Abou, figure emblématique de toute une jeunesse en révolte et animée par les idéaux de la "résistance culturelle" contre l'occupation syrienne, est décédé dimanche matin, à 6 heures, à l'âge de 90 ans.

Sélim Abou est né en 1928 à Beyrouth. En 1946, il entre chez les Jésuites, en France, où il poursuit des études littéraires, philosophiques et théologiques. En 1961 il obtient un doctorat ès Lettres, peut-on lire sur le site de l'USJ. Suite à la fermeture de l’Ecole Supérieure des Lettres, il fonde en 1977 la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de l’USJ dont il sera le doyen jusqu’en 1992. De 1995 à 2003 il est recteur de l'USJ.

De juin 1993 à février 1999, il est le coordonnateur du réseau "Cultures langues et développement" de l'AUPELF/UREF. Il est aussi directeur des Presses de l’USJ et titulaire de la Chaire Louis D. – Institut de France d’anthropologie interculturelle.

Ecrivain, philosophe et anthropologue, Sélim Abou a centré ses recherches sur l’entrecroisement des cultures dans le monde, les phénomènes d’acculturation et les conflits d’identité, le multiculturalisme et la citoyenneté. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont :  "Les Mbyas Guaranis. Le Temps de la Reconnaissance" (2012), "De l’identité et du sens. La mondialisation de l’angoisse identitaire et sa signification plurielle" (2009), "L’identité culturelle, suivi de Cultures et droits de l’homme" (2002) et "Béchir Gemayel ou l'esprit d'un peuple" (1984).

Ses discours à l'occasion de la fête de saint Joseph, attendus par les étudiants, le corps enseignant et même certains milieux politiques, avaient été compilés dans "Les libertés. Discours annuels du Recteur de l’Université Saint-Joseph 1996-2003" (2003).

2018 : Les jésuites et les Sciences

Semaine Jésuite édition 2018
Les Jésuites et les Sciences
Du lundi 3 décembre au lundi 10 décembre 2018

Placée sous le thème “Les Jésuites et les Sciences”, l’édition 2018 de la Semaine Jésuite a été inaugurée le lundi 3 décembre 2018, par le Vice-recteur P. Denis Meyer, en présence des pères de la Communauté jésuite du CNDJ, dont les Pères Pierre Wittouck et Vincent de Beaucoudrey, des préfets, ainsi que de nombreux élèves, enseignants et accompagnateurs pédagogiques.

Dans son mot d’ouverture, le P. Denis Meyer a souligné la complémentarité entre foi et science, rappelant le principe ignatien dans le fait de voir Dieu en toutes choses et invitant chacun à la joie de découvrir le monde. Se laisser émerveiller par la Création, c’est aussi en apprendre un peu plus sur les autres et… mieux se connaître. Éloquente à cet égard la citation à laquelle le Vice-recteur s’est référée : « La contemplation de l’œuvre de Dieu est l’une des activités les plus nobles de l’esprit » (Angelo Secchi S.J. 1818-1878).

Après avoir remercié tous ceux qui se sont investis dans la préparation des différentes activités de la Semaine Jésuite, le P. Denis Meyer a inauguré l’exposition des travaux des classes de 4e/3e, une belle enfilade de panneaux retraçant les réalisations des scientifiques jésuites à travers les siècles, et des travaux des classes de 6e, une éloquente succession de peintures abstraites, réalisées à la manière du peintre Vassily Kandinsky.

La semaine jésuite s’étend jusqu’au 10 décembre avec un programme intéressant.

Pages