Obsèques du T.R.P. Peter-Hans Kolvenbach, S.J.

Printer-friendly versionSend by emailPDF version

Mercredi 30 novembre 2016, église Notre-Dame de Jamhour

[Album photos]

D’une envergure humaine impressionnante, Néerlandais au service de l’Orient, homme de dialogue et d’ouverture religieuse, le P. Peter-Hans Kolvenbach* s’est éteint à Beyrouth, le samedi 26 novembre 2016, dans sa 88e année.

Les funérailles en l’église Notre-Dame de Jamhour étaient imprégnées de solennité majestueuse pour celui qui fut un modèle d’humilité.
Ils étaient très nombreux à s’associer à la messe des funérailles pour un dernier adieu, un dernier hommage au Père Kolvenbach, un homme profondément engagé envers la communauté arménienne libanaise et envers le Liban plus globalement.

Le Provincial de la Compagnie de Jésus au Proche-Orient et au Maghreb le R.P. Dany Younes a remercié tous les présents et exprimé sa gratitude envers ceux qui se sont associés à cette messe d’adieu. « Chacun connaissant la place qui lui est réservée dans le cœur et l’esprit du P. Kolvenbach ».

L’Évangile de Saint Matthieu (4, 18-22) permet une double lecture, l’appel du Christ pour transformer ceux qu’il choisit en pêcheurs d’hommes et le fait d’établir un parallèle avec la vie du P. Hans qui a tout laissé à la suite de Jésus, dans l’espérance.

L’homélie prononcée par le Supérieur Général de la Compagnie de Jésus le T.R.P. Arturo Sosa a retracé le chemin de vie du P. Hans, le plaçant dans le sillage de la parabole d’Isaïe. Comme les fils de Zébédée, le P. Hans a consacré sa vie et s’est mis en chemin avec le Christ, il lia toute sa vie à celle de Jésus et de son Église.
Le T.R.P. Sosa a insisté aussi sur la passion intellectuelle et la mémoire phénoménale qui ont poussé le P. Hans vers la culture et la langue arméniennes, sa culture d’adoption. Il veillait à faire parvenir l’évangile à tous ceux qui étaient autour de lui. Son cœur de croyant s’exprimait par tous les gestes de sa vie, il a établi une certaine familiarité avec le Seigneur, qui fut pour lui source de liberté et d’audace apostolique. Libre dans l’action du Saint Esprit, il s’est mis au service de l’église dans ses transformations liées à la mondialisation.

Après la prière d’Adieu, le Nonce apostolique S.E. Mgr. Caccia a transmis le message du Pape François :

Ayant reçu la triste nouvelle de la mort du R.P. Peter-Hans Kolvenbach sj, qui fut Préposé Général de la Compagnie de Jésus, je tiens à vous exprimer, ainsi qu’à toute la famille des Jésuites, ma plus vive sympathie. Avec le souvenir de la fidélité totale du P. Kolvenbach au Christ et à son Évangile, unie à son généreux engagement d’exercer en esprit de service sa charge pour le bien de l’Église, j’élève des prières de suffrage en invoquant la Miséricorde Divine pour le repos éternel de son âme. Uni spirituellement à la célébration de ses funérailles, j’accorde de tout cœur la bénédiction apostolique à vous-même, aux jésuites et à tous ceux qui partagent la tristesse pour ce deuil. François.


Le Patriarche maronite Mgr Bechara Raï a relevé la fidélité du P. Kolvenbach, lui qui avait dans son cœur un amour immense pour l’Orient, il l’a transmis à tous ceux qu’il a côtoyés au long des 24 années passées au Liban. Il a sauvé le Liban par sa prière, l’a fait rayonner par son esprit et son travail intellectuel. « Nous rendons hommage à une personne pieuse, religieuse, généreuse à qui Dieu a donné tant de charismes ».

Pour tous ceux qui ont connu le P. Peter-Hans Kolvenbach, il demeurera cet idéal d’homme-roc au service de Dieu, reflétant une tranquille confiance dans la communication bienveillante avec l’autre, dans le respect de toute personne humaine. Les valeurs qu’il a portées et prônées apporteront tous les jours un rayon de lumière dans un Proche-Orient encore dans la souffrance et qu’il a servi du plus profond de son être.

NC - BCP

Étaient présents : le nouveau Père Général Arturo Sosa, S.J., effectuant son premier déplacement hors de Rome depuis son élection le 14 octobre dernier, le Nonce apostolique S.E. Mgr. Gabriele Giordano Caccia, Sa Béatitude le Patriarche maronite le Cardinal Bechara Boutros Raï, Sa Béatitude le Patriarche arménien catholique Mgr Grégoire Bedros XX Ghabroyan, l’Évêque latin Mgr César Essayan, l’Archevêque maronite de Beyrouth Mgr Boulos Mattar, l’Évêque grec melkite catholique Mgr Cyrille Bustros, l’Évêque chaldéen d’Alep Mgr Antoine Audo, l’Évêque maronite Mgr Paul-Mounjed el Hachem.
Le Président de la république S.E. le Général Michel Aoun et le Premier ministre S.E.M. Tammam Salam étaient représentés par le ministre du travail S.E.M. Sejean Azzi, le Président de l’Assemblée nationale S.E.M. Nabih Berry par le député M. Henri Hélou.
Notons aussi la présence de S.E.M. Marwan Hamadé, de l’ambassadrice des Etats-Unis S.E.Mme Elisabeth H. Richard, du député M. Atef Majdalani, de M. Jean-Marie Kassab, représentant le chef des Forces Libanaises Dr Samir Geagea, du juge Jean Fahed, président du Conseil supérieur de la magistrature, du juge Checri Sader, président de la Fédération des anciens de l’USJ, de la Supérieure générale de la congrégation des Sœurs des Saints-Cœurs, Mère Daniella Harrouk, de représentants du Catholicosat arménien orthodoxe et de nombreux membres de congrégations religieuses.

 



* Biographie

 

Naissance

Le 30 novembre 1928 à Druten, Pays-Bas

1942-1947

Études secondaires au Collège Saint-Pierre Canisius, à Nimègue

1948

Entrée au noviciat de la Compagnie de Jésus à Grave

1951-1954

Études philosophiques à Nimègue

1954-1958

Surveillant au collège Saint-Aloysius à La Haye ; en même temps, il étudie le russe et l’allemand

1958-1962

Études de théologie à Beyrouth

29 juin 1961

Ordination sacerdotale à Beyrouth

1962-1964

Études d’arménien à l’Institut des lettres Orientales de Beyrouth

1964-1968

Études de linguistique et d’arménien à l’École des langues Orientales de Paris

1968-1974

Professeur de linguistique générale et arménienne à Beyrouth

1974-1981

Provincial de du Proche-Orient et professeur à l’USJ

1981-1983

Recteur de l’Institut Oriental à Rome

1983-2008

Supérieur Général de la Compagnie de Jésus, succédant au T.R.P. Pedro Arrupe

2008-2016

Conservateur du Fonds arménien de la Bibliothèque orientale
et chercheur au Centre de documentation et de recherches arabes chrétiennes (CEDRAC) de l’USJ.

 



+++++++


Homélie des obsèques du P. Peter-Hans Kolvenbach, sj

Qu’ils sont beaux les pieds du messager qui annonce la bonne nouvelle !
Nous pouvons ressentir le verset du prophète Isaïe (52, 7) comme une parabole de la vie du P. Peter-Hans Kolvenbach. Depuis sa jeunesse, sa vie a été marquée par une profonde expérience de Dieu. Au cours de sa vie, il a rencontré ce même Seigneur qui cheminait sur le bord de la mer de Galilée et appela Pierre, André, Jacques et Jean à changer leurs vies pour devenir des pêcheurs d’hommes et témoigner de la présence de Dieu dans la vie et dans l’histoire humaine.
Grâce à sa relation régulière et constante avec le Seigneur, il entendit l’appel, se mit en chemin, et entra dans la Compagnie de Jésus (1948). Dès 1958, il lia sa vie à celle du monde arabe, à partir d’ici, du Liban,  comme la semence jetée en terre qui meure pour donner du fruit en abondance.
Doté d’une intelligence particulière ainsi que d’une mémoire remarquable, le P. Kolvenbach se dédie aux études de linguistique avec passion. Une passion qui ne l’abandonnera jamais. Son dévouement à la langue et à la culture arméniennes, tout comme sa maîtrise des langues, soulignaient son désir de faire parvenir le message de l’Evangile à tous ceux avec lesquels il se mettait en contact. Ses homélies et exhortations spirituelles portaient ceux qui l’écoutaient à l’accueil de la parole de Dieu afin d’y découvrir le message du salut que cette Parole contient et d’y adhérer par la foi.  Son cœur de croyant en Jésus-Christ, - ce Christ qui se livre à nous jusqu’à la mort en croix et qui ressuscite d’entre les morts - , s’exprimait par ses lèvres pour proclamer que Jésus est le Seigneur, tout au long de sa longue et féconde vie de messager.
La familiarité du P. Kolvenbach avec le Seigneur, acquise à travers de longs et fréquents moments de solitude passés en sa présence et de contemplation de sa vie et de sa manière de procéder, est la source de sa liberté intérieure et de son audace apostolique. Peter-Hans Kolvenbach était un homme libre, plus encore, un homme que l’action de l’Esprit Saint a libéré intérieurement. C’est à partir de cette liberté intérieure qu’il choisit de se mettre entièrement au service de l’Eglise qui s’ouvrait à notre monde au temps du Concile Œcuménique Vatican II. Homme de Dieu, conduit par l’Esprit, le P. Kolvenbach est également un homme de l’Eglise, engagé à fond dans le processus de ˝mise à jour˝ de l’Eglise pour proclamer la Bonne Nouvelle dans les conditions spécifiques de notre monde devenu un village global, dans lequel les inégalités obscurcissent la révélation du visage paternel et miséricordieux du Dieu qui remet la possibilité de la vie fraternelle entre les nations et les peuples entre les mains de l’humanité qui, en sa diversité, exprime la sagesse multiforme de son Créateur. Pour nous autres jésuites, l’expression  fidélité créatrice, forgée par le P. Kolvenbach lui-même pour exprimer sa propre audace apostolique et la tension qu’il ressentait en mettant la Compagnie au service de l’Eglise et en parlant du Christ dans tous les recoins de la terre ainsi que les replis de l’Histoire, est devenue une expression familière.
Durant une bonne partie de sa vie, pendant près de vingt-cinq ans, le P. Kolvenbach fut notre Père Général. J’aimerais souligner le mot Père parce qu’il est celui qui exprime le mieux la manière dont nous avons fait l’expérience de son service à la tête du corps de la Compagnie. Père, sans manquer d’être, à aucun moment, un frère par la proximité dont il accueillait chacun, par son écoute respectueuse et attentive de chaque jésuite et toute personne. Père par sa capacité d’engendrer la vie. Par des temps difficiles, il a servi le Saint-Père avec loyauté, il fut fidèle à l’Eglise et sut impulser la Compagnie de Jésus sur les chemins du service de la foi et de la promotion de la justice de l’Evangile. Un Père qui nous a incités au dialogue avec « les autres », nous faisant prendre conscience de la manière dont nous partageons avec beaucoup d’autres la mission de l’annonce de l’Evangile et dont nous contribuons à faire de notre monde la Maison commune. Il nous a également ouverts au dialogue avec les cultures, les religions et les différentes traditions de l’Eglise.
Peter-Hans Kolvenbach connaissait profondément le corps de la Compagnie de Jésus. Il avait pour elle un amour passionné qu’il expérimentait, en termes ignatiens, comme son chemin vers Dieu. A partir de là, il encouragea les jésuites à découvrir la beauté de la voie à laquelle le Seigneur nous a appelés pour parvenir jusqu’à Lui, unis à tous les êtres humains.
Partant de cette profonde admiration pour la vie et l’œuvre du P. Kolvenbach et de l’immense affection qu’il suscita en moi, comme en tant de frères et sœurs qu’il a rencontrés durant sa vie, je vous invite à vivre ce moment comme une action de grâces au Seigneur qui s’est montré généreux envers nous en nous gratifiant d’une personne comme Peter-Hans Kolvenbach. Nous nous sentons reconnaissants parce que nous l’aurons toujours auprès de nous. Peter-Hans vit déjà de la vie même de Dieu ; il est passé de la mort à la vie parce qu’il a aimé ses frères et sœurs. Il vit de la vie que Dieu le Père a redonnée au Seigneur Jésus après sa mort sur la croix. La pâque du P. Kolvenbach nous parle une nouvelle fois du Christ, en nous assurant de son intercession et de sa solidarité avec les efforts de la Compagnie de Jésus et de l’Eglise pour continuer à écouter, comme l’Apôtre Saint André, l’appel du Seigneur à tout quitter pour suivre et proclamer le message du salut.

Arturo Sosa, SJ
30 novembre 2016
 

+++++++


Mot du Patriarche Card. RAI
à la Messe des funérailles du T.R. Père Peter Hans Kolvenbach
N.D. de Jamhour, le 30 nov. 2016

En esprit de fidélité et d'hommage, mes confrères les Evêques Maronites ici présents et moi participons à cette Sainte Messe de requiem pour le repos éternel de l'âme du très cher et révérend Père Peter Hans Kolvenbach, Supérieur général émérite de la Compagnie de Jésus. Au nom de toute l'Eglise Patriarcale Maronite nous exprimons nos cordiales condoléances au très Révérend Père Arturo Sosa Abascal, nouveau Supérieur Général de la Compagnie, au Rév. Père Provincial du Proche-Orient et du Maghreb, à tous les Pères Jésuites du Liban et de la Province, ainsi qu'aux membres de la famille du regretté Père Kolvenbach C'est la fidélité à une personne exceptionnelle qui avait dans son coeur un grand amour pour le Liban, pour les Libanais et pour les Eglises Orientales. Père Kolvenbach a beaucoup donné à nos prêtres et séminaristes, à nos jeunes étudiants et aux anciens, aux grands et aux petits, durant les vingt-quatre ans qu'il a passés au Liban, comme étudiant de théologie d'abord et ensuite comme professeur à l'Université Saint Joseph. De retour au Liban, après sa renonciation au gouvernement de la Compagnie de Jésus, à l'âge de quatre-vingt ans, il soutenait par sa prière notre pays et rayonnait par son exemple d'humilité, de sérénité, de joie, de paix, et de travail intellectuel assidu.

Nous lui rendons un grand hommage pour ce qu'il est et pour ce qu'il a fait. Il est une personne religieuse, pieuse, humaniste et académique exceptionnelle à tout point. Béni soit le Seigneur qui lui a prodigué tant de talents et de charismes. Son amour pour l'Orient l'a conduit à adopter le rite arménien pour la richesse de son héritage spirituel, théologique et linguistique. Son attachement au Liban apparaissait dans sa manière de suivre les détails des événements qui l'ont ensanglanté. Qui de nous, de passage à Rome, n'était pas invité à son aimable table et remarquait sa préoccupation pour le Liban et son espérance ? Quel courage et quelle tranquillité nous puisions de ces rencontres fraternelles !

Le très regretté Père Kolvenbach récapitule la fidélité et l'hommage de l'Eglise et du Liban que nous rendons aux chers et estimés Pères Jésuites, pour leur mission religieuse, ecclésiale, culturelle, spirituelle et pastorale depuis leur première arrivée au Liban il y a presque quatre siècles. Leurs différentes Institutions dans diverses régions de notre pays en sont le témoin éloquent.

En priant pour le repos éternel de nôtre cher Père Peter-Hans Kolvenbach, nous prions aussi pour la méritante Compagnie de Jésus et pour la réussite du mandat du Très Révérend Père le nouveau Supérieur Général et son Conseil Généralice, pour la grande Gloire de Dieu.

 

+++++++