L'Orient-Le Jour : Un an après le décès tragique de Mélanie Freiha, une association portant son nom voit le jour

Printer-friendly versionSend by email

L'Orient-Le Jour > Social > 01/02/2016

Il y a un an, le 1er février 2015, Mélanie Freiha, jeune fille « joviale, enjouée et pleine de vie » de l'aveu de ses amis, a été victime d'un accident de ski qui lui a coûté la vie. Sérieusement atteinte à la suite d'une grave chute sur les pistes de Kfardébiane-Mzaar, Mélanie Freiha avait été transportée d'urgence à l'hôpital Saint-Georges de Ajaltoun, où elle n'a pas tardé à succomber à ses blessures. L'accident tragique avait alors secoué l'opinion publique et le dossier relatif à la sécurité des pistes avait été remis sur le tapis.

Pour que le décès de la jeune fille ne soit pas vain, sa famille a annoncé hier la création d'une ONG en son nom, au cours d'une messe célébrée à sa mémoire au Collège Notre-Dame de Jamhour. Étaient notamment présents le ministre de la Culture Rony Araiji et l'ancien ministre de l'Intérieur Ziyad Baroud. « Des appels ont été aussi lancés aux amis qui souhaiteraient participer à l'action de cette association », explique M. Araiji, vice-président de l'association.

L'Association Mélanie Freiha s'est fixé pour mission « la prévention, la sécurité et le secours des sportifs, jeunes et moins jeunes lors de la pratique de leur sport favori, notamment le ski », précise-t-on dans un communiqué.

Ainsi, l'action de l'ONG sera notamment axée sur « la sensibilisation aux comportements à risque, aux compétences de base requises pour pratiquer ce sport, comme sur les moyens de reconnaître la qualité et l'état des équipements ». L'association œuvrera aussi à « renforcer les dispositifs de sécurité par la mise en place de règlements et de procédures de sécurité, et de s'assurer de leur application », à « assurer une formation technique aux équipes de secours et à leur fournir un matériel d'urgence adéquat », à « mettre en place et à équiper un centre de traumatologie avec une équipe médicale permanente, à Kfardébiane-Mzaar en premier lieu, puis dans une étape ultérieure dans les autres centres de ski ».

« Nous allons collaborer avec d'autres associations pour éviter qu'il y ait un double emploi », note M. Araiji. Au nombre de ces ONG, Roads for Life, qui « nous fera bénéficier de son expertise dans ce domaine et des programmes de formation relatifs au concept de la "Golden Hour" ou "heure en or" », ajoute-t-on dans le communiqué. Il s'agit des soixante minutes qui suivent le moment de l'accident et qui sont cruciales pour sauver la victime si les bons gestes sont adoptés.

D'après le communiqué, l'association envisage également de « créer une base de données avec les noms des médecins présents dans le périmètre des stations de ski, qui pourraient signaler leur présence et intervenir lors d'un accident ».

L'ambition de l'association reste l'acquisition « d'un hélicoptère médicalisé susceptible de joindre toutes les pistes de ski et les régions lointaines, ainsi que les hôpitaux dans les grandes villes ».

Pour la première commémoration du décès de Mélanie Freiha, une messe a été célébrée hier au Collège Notre-Dame de Jamhour.
Photo Nasser Traboulsi
Amale Freiha, la mère de Mélanie, annonçant la création de l’Association Mélanie Freiha.
Photo Nasser Traboulsi

 


Articles_lus: