Congrès mondial du MEJ à Buenos Aires

Printer-friendly versionSend by emailPDF version

A la mi septembre 2012, une petite délégation de cinq personnes s’est envolée vers la ville de Buenos Aires pour le premier congrès mondial du MEJ (Mouvement Eucharistique des jeunes). Elles nous en donnent ici un bref aperçu.

“Ce congrès mondial n’est pas né par hasard. Il y a cinq ans le Père Général, nommant le Père Claudio Barriga à l’Apostolat de la Prière, lui avoua : « En fait, nous ne savons pas exactement où en est le MEJ ? Visitez tous les pays où vous en trouverez la trace ! ».

Pendant cinq ans, le Père Claudio prit donc son bâton de pèlerin et rencontra des méjistes dans… 56 pays, estimant leur nombre à… 1 100 000, chaque pays ayant bien-sûr sa propre manière de faire du MEJ. Il était donc nécessaire de conclure ce tour du monde par une grande rencontre familiale, où se réunirait cette mosaïque « au sourire eucharistique » (sic). Mais où célébrer cet acte de naissance du MEJ international ?

“L’axe du monde n’étant plus européen, l’Argentine fut l’heureuse et courageuse élue pour accueillir ce premier congrès mondial. « Vous connaissez notre pays, nous a-t-on dit, par le foot, le tango et bonne viande ; Sachez aussi que les Argentins malgré les crises, ont encore une foi simple et profonde.”


Congrès international du MEJ à Buenos Aires

Ce congrès dura huit jours, eut des allures de Pentecôte, grâce à des rencontres de grande qualité avec la participation de jeunes lumineux ; mais le congrès eut aussi parfois des allures de Babel, quand il fallut par exemple décider ensemble d’un logo, d’un hymne, d’une croix, d’un saint patron, d’un uniforme ( !), d’une journée mondiale.

Revenant très heureux de ce congrès, les délégués ont réalisé davantage que le MEJ France était dépositaire d’une grande tradition pédagogique toujours inspirante pour les autres. Mais ils ont réalisé aussi qu’ils pouvaient s’inspirer sans retenue aucune, du dynamisme spirituel étonnant manifesté par le MEJ Liban ou celui de jeunes Églises.

« Le dynamisme du MEJ et la place particulière de l’Eucharistie dans les différents pays m’ont interpelé sur les difficultés que nous pouvons connaître pour le MEJ de France et sont, me semble-t-il, une invitation à revenir à l’essentiel, c’est-à-dire à redonner toute sa place et son ampleur au « E » de MEJ, à remettre vraiment l’Eucharistie au cœur de la vie de notre mouvement »” (Père Sylvain Müller, aumônier MEJ de Besançon)

Isabelle Colson, Sophie Régent, Lisa Vancleen,
P. Sylvain Müller, P . Nicolas Rousselot sj

http://www.jesuites.com/2012/10/mej-buenos-aires/