La rénovation du CDI-secondaire

Printer-friendly versionSend by emailPDF version

D'une petite salle minuscule à un large duplex spacieux. De deux ordinateurs archaïques ne fonctionnant jamais ensemble à plus de 20 machines récentes, ayant toutes accès à Internet. D'un emplacement bruyant à un espace baignant dans un calme favorisant l'efficacité. De tables blanches peu spacieuses et en plastiques à de nouvelles en bois et bleues. C'est l'évolution spectaculaire qu'a connue le CDI secondaire durant l'année scolaire 2002-2003.

Il était temps qu'il en soit ainsi ! En effet, le CDI est un élément essentiel et indispensable dans toute école. Il se doit d'offrir aux élèves ainsi qu'aux professeurs un matériel et une atmosphère répondant à leurs besoins culturels. Ces besoins sont essentiellement de deux types : recherche et travail de groupe d'une part ; lecture paisible d'autre part.

Le CDI est conçu de façon à permettre ces deux types d'activités puisqu'il offre deux espaces de travail : un rez de chaussée et une mezzanine. L'étage inférieur répond aux besoins des élèves en matière de travail. Il est divisé en deux parties, une zone équipée d'une vingtaine d'ordinateurs qui facilite les recherches documentaires et une autre aménagée avec des tables et une photocopieuse pour le travail individuel ou en groupe. A noter toutefois que les chaises trop basses sont source de maux de dos et de plaintes de la part des élèves.

Quant à l'étage supérieur, il ouvre sur une merveilleuse nature mêlant verdure et teinte bleutée. Cette vue panoramique pittoresque assure une atmosphère et un cadre propices à l'évasion littéraire grâce aux romans et autres nouvelles d'une part et à la réflexion à travers les livres philosophiques, politiques, historiques et d'actualité. ainsi que les journaux d'autre part. Ce second étage est essentiel pour permettre aux travailleurs solitaires de s'éloigner du chuchotement bruyant des travaux de groupe. Il est aménagé comme un petit salon disposant de 3 fauteuils et d'une table basse carrée.

Par ailleurs, une nouvelle personne, Mme Marie Agnès Pichon, coopérante française, est venue seconder la documentaliste en titre, Mme Marina Slim pour mieux répondre aux besoins de tous les « chercheurs ».

En cette année jubilaire, le CDI secondaire a donc vécu une véritable révolution, pour le meilleur !

Tamara Mousessian SG1, 2003