La Covid-19 en milieu scolaire (10.12.2020)

Printer-friendly versionSend by emailPDF version

Rencontre organisée par le Comité des parents du Collège Notre-Dame de Jamhour avec Dr Nadia Asmar (médecin du Collège) et Pr Fady G. Haddad (médecine interne et immunologie clinique) le jeudi 10 décembre 2020 à 17h30 en direct sur la page Facebook du Comité des parents.

En ouverture, Dr Nadia Asmar a rappelé le protocole sanitaire suivi au Collège et les recommandations des ministères de la Santé et de l’Éducation. Elle a mentionné l’importance du partage des informations entre les citoyens et les instances chargées de la santé communautaire. La transparence et le respect des mesures déjà connues sont le meilleur gage de succès face à la pandémie.

Dr Asmar a expliqué qu’une communauté comme celle du Collège, comptant près de 5000 personnes, peut aisément devenir un foyer de propagation, c’est pourquoi l’exercice de la médecine en milieu scolaire est particulier. ‘’Nous préconisons encore un confinement de 14 jours, alors qu’en ville on l’a réduit à 7."
Dr Asmar a aussi insisté sur l’importance du rôle des parents dans la communication avec leurs enfants, afin de leur inculquer le sérieux dans le respect des mesures sanitaires.
Elle a par ailleurs ajouté que la flexibilité de la direction du Collège laisse aux parents la liberté d’envoyer leurs enfants en semi-présentiel ou de les garder en distanciel. À chaque famille d’évaluer les risques et de prendre la décision adéquate.

Dr Fady Haddad a, pour sa part, commencé son intervention en exposant l’état général de la situation : pour lui, on a appris à mieux connaître la maladie. L’avantage de rouvrir les écoles se situe au niveau de l’équilibre psychologique des jeunes et de la nécessité de s’habituer à ce virus avec lequel nous devons cohabiter. Mais l’avantage aujourd’hui, c’est que le bout du tunnel semble visible.

À l’école, il faut imposer les gestes barrières et protéger les enfants à risque : souffrant de déficit immunitaire, de diabète ou d’asthme. En famille, il faut aussi protéger les personnes adultes vulnérables. Ainsi, la décision de la reprise facultative en présentiel permet de protéger tout le monde au maximum, d’autant que le risque zéro n’existe pas.

À la question de savoir comment les jeunes doivent agir en essayant de maintenir une vie normale, Dr Haddad explique : la maison doit être protégée, les jeunes doivent impérativement réduire leurs sorties et s’imposer des priorités, c’est d’autant plus facile que maintenant nous voyons l’issue probablement pour le printemps 2021. Pour Noël, nous devrons limiter le nombre de personnes que nous voyons en même temps, pas plus d’une dizaine de personnes dans une même salle. Ce Noël sera certes différent, mais on peut en préserver la beauté et la signification originelle.

 

Les intervenants ont enfin insisté sur les trois points suivants :

  • Aération des salles, même l’hiver, on peut encore le faire car les températures sont supportables.
  • Certains suppléments alimentaires sont recommandés aux personnes présentant des carences (la vitamine C et la vitamine D).
  • Vaccination contre le Coronavirus : nous avons l’embarras du choix, mais on va prendre le temps d’observer les populations ayant été vaccinées en premier

 

Pour terminer, les médecins ont mentionné le développement prometteur de nouveaux protocoles de traitement du Covid-19, ils donnent bon espoir à la communauté médicale. Il demeure important dans les mois à venir, de respecter les contraintes sociales de la maladie pour continuer à s’en protéger au maximum.

 

NC - BCP