Nous du Collège n°270, février 2009

Printer-friendly versionSend by email

Nous du Collège n°270, février 2009

 

 

Éditorial du Nous du Collège n°270

Par Salim Daccache, s.j., Recteur

Nous 270Nous 270

Dans le dossier de ce numéro du Nous du Collège, de jeunes rédacteurs ont voulu s'exprimer, sous le titre quelque peu provocateur « Le Monde est à nous !» pour expliquer comment ils conçoivent leur place dans le monde de demain. C'est ainsi qu'ils se voient citoyens de ce monde, bâtisseurs d'un Homme plus libre et plus engagé, rénovateurs des systèmes sociaux et politiques. Artistes dessinant un monde plus authentique, comptant sur leur sens impressionniste et immédiat. Professionnels de la science et des lettres, soucieux de l'environnement naturel et humain. Hommes et femmes solidaires les uns des autres dans un monde où la compétition fait rage...

Dans ma contribution à ce dossier, je me concentrerai sur un seul point : comment me préparer dans le quotidien de la vie scolaire, au niveau de mes activités les plus variées et de mes études, pour être et agir dans le monde de demain, qui sera le mien ?

S'il est vrai que les critiques adressées au programme scolaire lui reprochent son décalage d'avec la réalité vécue, il me revient pourtant en mémoire les paroles d'un illustre ancien, s'adressant en ces termes à ses jeunes cadets : « Soyez attentifs, tout ce que j'ai reçu comme savoir et méthodes, surtout au cours du cycle secondaire, je l'ai réinvesti dans mes études universitaires et aujourd'hui, dans ma vie professionnelle... J'avais un profond plaisir d'apprendre et d'expérimenter ; pour moi et pour de nombreux camarades, la vie scolaire était une aventure de formation de l'intelligence, du corps, du cœur et de l'esprit. »

Cette déclaration, venant d'une personne ayant fait l'expérience de Jamhour il y a une trentaine d'années, fixe les repères nécessaires et éclaire ceux qui sont pressés de saisir le monde de demain et de s'y engager. Autrement dit, celui qui veut et choisit de prendre le monde en charge doit acquérir, en marge de la réussite scolaire, certaines compétences à développer et à assumer, en prévision de la vie adulte :

Dans le domaine des études

  • Éprouver du plaisir à apprendre et s'étonner de tout ce qui est nouveau, pour garder son intelligence en état d'alerte. Enrichir sa culture et maîtriser à fond plusieurs langues.
  • Cultiver le sens de l'effort malgré la société de consommation qui prône réussite et bénéfices sans la moindre peine. Le sens de l'effort ne peut se faire sans l'acquisition de méthodes de travail et de réflexion.
  • Développement des compétences humaines et sociales
  • Apprendre, dès aujourd'hui, à réfléchir à court, moyen et long terme, pour régler aussi bien les problèmes immédiats que ceux qui risquent de ressurgir. Le sociologue et philosophe français, Edagar Morin, n'affirme-t-il pas que « Penser, c'est relier et problématiser » ?
  • Acquérir le goût de l'autonomie, c'est-à-dire apprendre à gérer et à exploiter ses capacités intellectuelles et affectives pour mieux s'adapter aux situations nouvelles et inédites.
  • Acquérir le sens de la responsabilité pour être capable de discerner, juger et répondre de ses actes avec franchise et confiance.
  • L'éducation de Jamhour, la formation au sens social, le souci et le respect de l'autre, le travail d'équipe et la solidarité sont autant de compétences partagées par le maître, adulte accompagnateur, et l'élève qui sent combien il est utile de compter sur autrui et sur un tel encadrement. Dans leurs témoignages, les anciens élèves n'hésitent pas à magnifier cette solidarité.

 

Faire des choix et ne pas s'enfermer dans le virtuel

  • Dans la perspective du Projet éducatif, le Collège est le lieu où l'on apprend à effectuer des choix parmi les alternatives qui se présentent ; à se placer dans une perspective de projet, les études sont ainsi vécues comme un projet et non comme une contrainte ; à hiérarchiser les valeurs (amitié, réussite, citoyenneté, etc.) en fonction du contexte scolaire.
  • Le virtuel (Internet, blog, chat, sms, etc.) faisant aujourd'hui partie de notre vie, il est important de savoir doser et parfois même de pouvoir s'en séparer pour ne pas tomber dans la cyberaddiction. Dans ce même contexte, il est également nécessaire de savoir se comporter sur le réseau, de ne pas être prisonnier d'un langage souvent négatif ou insultant, de savoir discerner...

Il ne faut pas croire que ces compétences ne peuvent être acquises que sur les bancs de l'école. Si beaucoup d'entre elles sont découvertes et lentement assimilées pendant les heures de classe, d'autres sont mûries au cours des activités parascolaires, sportives, artistiques, sociales ou pendant les temps conviviaux des récréations. La maison, cadre par excellence de la vie familiale, est aussi responsable de l'acquisition de ces compétences, dans la mesure où la discipline de vie et des valeurs est un souci permanent et vital. L'interaction entre l'école, lieu de transmission du savoir et lieu de vie communautaire, et la maison aide le jeune à mieux se situer par rapport au monde qu'il a à accueillir et dans lequel il doit trouver sa place.

Des compétences ? Oui, elles sont nécessaires pour affronter le monde de demain, mais elles ne peuvent être acquises sans un milieu favorable qui les porte. L'Espérance et la confiance, ces deux vertus, portées par l'amour, permettent de donner un sens à la vie et de vivre l'ordinaire du quotidien comme quelque chose d'extraordinaire. L'Espérance et la confiance font de nous, dès aujourd'hui, des êtres passionnés qui veulent vivre le quotidien au service de l'autre. L'Espérance, c'est croire que tout est possible, que l'on est aimé et apprendre à aimer. Comment ?

Comment l'espérance et la confiance nous préparent-t-elles à recevoir le monde et à le changer ?

Imaginons un randonneur qui décide d'entamer une longue promenade en haute montagne. Que de préparatifs vont précéder cette randonnée ! Il va réfléchir au meilleur itinéraire, au matériel nécessaire, à l'équipe qui l'accompagnera, aux risques à prendre, aux obstacles à éviter... Chaque pas sera mesuré, chaque choix sera pesé sur ce chemin où, en dépit de toutes ses compétences seuls, la volonté, l'espérance, l'effort et la confiance en l'autre lui permettront d'avancer, de réussir et d'atteindre son objectif.

Se préparer pour que le monde soit à nous, pour aimer et participer, avec et pour les autres, à la création d'un monde réconcilié avec lui-même, d'un monde solidaire, d'un monde plus respectueux de l'environnement et d'autrui, suppose autant de préparation, autant de réflexion. Ceci n'est possible qu'avec le don de soi, le dépassement de soi, et l'amour jusqu'à la passion.

 

Saint Paul, dont nous célébrons cette année les 2.000 ans, était habité par l'amour d'une personne. C'est sur la route de Damas, alors qu'il s'apprêtait à aller persécuter les croyants, qu'il fut bousculé par Jésus-Christ. Une fois à terre, il s'est laissé pénétrer par l'amour de Jésus-Christ ; son avenir désormais était tracé, il était devenu un témoin et un annonceur de la Vie.