Nous du Collège

Nous du Collège n°295, juillet 2021

 

[Nous du Collège n°295, juillet 2021 : version consultable en ligne, cliquez]
(version compatible desktop & smartphone)
(version pdf à télécharger 132MB - version BASSE RÉSOLUTION à télécharger 24MB)

Éditorial : “Tu seras un homme, mon fils”

Dans le contexte actuel où plus de la moitié de la population libanaise peine à assurer son pain quotidien, sur fond de système politico-économique en plein effondrement, la question cruciale est de savoir comment faire pour résister coûte que coûte…

À l’heure où le Liban connaît la pire crise humanitaire de son histoire, il est pourtant une voix qui se lève, belle, forte, pugnace, que tout le chaos environnant ne parvient à faire taire : c’est la voix de tous ceux qui ont décidé de ne pas baisser les bras…

Une énergie positive anime heureusement beaucoup de Libanais, mais elle se heurte inévitablement à de nombreux obstacles faisant d’elle un défi de tous les instants, et pour cause…  

Les jeunes Libanais, notamment les élèves, ont été victimes, ces deux dernières années, de nombreuses perturbations, et ce, à différents niveaux.

Le confinement imposé suite à la pandémie, la crise économique et financière ainsi que l’instabilité sécuritaire ont, immanquablement, impacté négativement la vie de tout un chacun mais, pour autant, les Libanais, et plus spécifiquement les jeunes, en sont sortis grandis. Par cette expérience pourtant fâcheuse, ils ont gagné en maturité et en responsabilité. Le vécu de cette situation pourtant inédite aura inculqué à plus d’un le courage, l’humilité, l’authenticité ; il aura aussi appris à savourer l’instant présent, tout en mesurant son élan et ses émotions.

C’est ainsi que les élèves du CNDJ et du CSG ont pu mener à bien leurs tâches et leurs études, avec courage, responsabilité et maturité. Certains se sont distingués dans des projets extrascolaires, tels les différents concours interscolaires, les arts, le sport ou même l’écologie. La promotion 2021 avec ses 98% de mentions au Baccalauréat français est l’exemple parfait des fruits récoltés par nos jeunes : ils insufflent un nouvel élan, l’espoir en un avenir meilleur…

Nous du Collège n°294, février 2021

[Nous du Collège n°294, février 2021 : version consultable en ligne, cliquez]
(version compatible desktop & smartphone)
(version pdf à télécharger 50MB - version BASSE RÉSOLUTION à télécharger 15MB)

Éditorial : Et le pays renaîtra de ses cendres !!

Charbel Batour, S.J.
Recteur

Ce Nous porte les stigmates, indélébiles, d’un événement majeur qui a secoué notre pays. Ces quelques pages consacrées à l’explosion du port – « attaque à la bombe », aux premiers dires du Président Trump ? – ne sont qu’un pâle reflet d’un drame que ne peut appréhender dans ce qu’il a d’effroyable aucun mot, aucune description, aucun discours. Le 4 août à 18h08, Beyrouth porte le deuil de ses enfants balayés par une double explosion apocalyptique... 2750 tonnes de nitrate d’ammonium ou 300 ? Quelle différence puisque le mal est fait ? 207 personnes ont perdu la vie, et plusieurs milliers de blessés ont envahi les services hospitaliers du pays et certains continuent d’en souffrir jusqu’à aujourd’hui. Un séisme d’une magnitude de 3,3 sur l’échelle de Richter et une déflagration dont les échos se sont fait entendre jusqu’à l’île de Chypre. Un monstre de fumée et de poussière blanche, grise et rougeâtre dresse sa silhouette menaçante au-dessus du port. Du sang répandu un peu partout, le sang d’une population meurtrie et désespérée. Des hurlements, des cris, des appels au secours continuent de résonner en notre cœur et dans notre mémoire… Des maisons et des immeubles éventrés, des voitures endommagées, des éclats de verre parsemés sur plusieurs kilomètres carrés de la capitale et bien au-delà… Des dizaines de milliers de foyers déplacés, à l’intérieur du pays comme à l’étranger…

Plusieurs milliards de dollars américains de pertes ont été estimés dans un pays déjà au bord du gouffre économique et monétaire… Reste l’espoir, l’invincible espoir, que l’économie se rétablira un jour et que maisons et propriétés seront réparées, rénovées, embellies, comme le montrent les quelques pages consacrées à la réhabilitation du Collège Saint-Grégoire. Mais qu’en est-il de ceux dont la vie a été fauchée l’espace de quelques secondes, tous les êtres chers qui nous ont quittés sans espoir de retour… Chacun se souvient de tel ou tel visage, de tel ou tel nom… Notre communauté a perdu 7 personnes, quelques pages de ce numéro du Nous leur sont consacrées… mais est-ce suffisant ? Raconter leur histoire ou le drame de leurs familles, s’en souvenir est important, mais est-ce vraiment les honorer ?...

Nous du Collège n°293, juillet 2020

 

[Nous du Collège n°293, juillet 2020 : version consultable en ligne, cliquez]
(version compatible desktop & smartphone)
(version pdf à télécharger 46MB - version HAUTE RÉSOLUTION à télécharger 157MB)

Nous du Collège n°293, juillet 2020

  • Éditorial :
    • Deux mille vingt
  • Vie au Collège
    • Quand les tout-petits s’activent
    • La forêt de Jamhour face à la tempête
  • Dossier
    • Jamhour au temps du confinement        
  • Kaléidoscope scolaire
    • Covid-19 ou La Peste des Temps Modernes
    • Le kit de survie du confiné
    • Poèmes et acrostiches des 5e-6e
    • مقابلة مع المُخْرِجَة نادين لبكي
    • نَجْوى كَرَم مقابلة مع المُطْرِبَة اللّبنانيّة
  • Comités des Parents
  • Culture
    • Parution
    • Le confinement en musique
    • Les arts plastiques en plein confinement
  • MEJ
  • GNDJ
  • Amicale
  • Promo 2020
  • Carnet de famille
    • Hommage à Laurence Abou Chacra
    • Hommage au P. Alex Bassili, S.J.
    • Hommage à Salah Stétié
    • Hommage au T.R.P. Adolfo Nicolás, S.J.

 

Nous du Collège n°292, février 2020

[Nous du Collège n°292, février 2020 : version consultable en ligne, cliquez]
(version compatible desktop & smartphone)

Nous du Collège n°292, février 2020

2019-2020, quelle année !

Charbel Batour, S.J.
Recteur

2019-2020 n’a rien d’une année scolaire ordinaire. Perturbations, insécurités, instabilités et inquiétudes ont jalonné notre chemin jusqu’au mois de février, et l’horizon, quelque part, demeure incertain.

Au cours de cette année, la date du 17 octobre 2019 est devenue emblématique, une date qui constitue un événement historique dans la vie de notre pays. Soulèvement dans les rues, fermeture d’axes routiers principaux, contestation populaire traversant le Liban du nord au sud, revendication sociale et économique sans précédent, appels à un changement politique radical et général. Après le 17 octobre, le Liban n’est plus comme avant. Le Collège, comme la majorité des institutions scolaires, a été pris dans la tourmente : fermeture de plusieurs jours, insécurité routière, souci de la poursuite des programmes, instabilité psychologique, etc. En résumé, les conditions nécessaires à un minimum de vie scolaire n’étaient pas au rendez-vous.

Beaucoup de nos élèves, de parents et de professeurs se sont sentis tenus de faire partie de ce mouvement. Comme tout Libanais, ils ont aspiré à un changement réel et radical dans la vie économique, sociale et politique du pays du cèdre. Ils se sont trouvés dans les rues pour contester, pour revendiquer, pour aider, pour défendre, et même pour nettoyer. Par contre, d’autres sont restés davantage sur leur réserve. Ils regardaient avec soupçon l’absence de leadership du mouvement, le blocage des routes, la paralysie de la vie économique et le discours irréaliste sur l’abolition du confessionnalisme, etc. D’autres encore étaient farouchement opposés à tout ce qui se passait. Ils voyaient d’un mauvais œil ce mouvement. Ils étaient convaincus qu’un complot se tramait contre le pays et ses institutions et que des forces étrangères finançaient ce mouvement pour des raisons qui n’ont en fait rien à voir avec les intérêts véritables de notre pays.

Nous du Collège électronique

Chers parents,
Chers amis du Collège Notre-Dame de Jamhour et du Collège Saint-Grégoire,
Chers lecteurs du Nous du Collège,

Depuis 1938, le Collège publie sa revue biannuelle, le Nous du Collège. Aujourd’hui, avec tous les supports offerts par le numérique, la direction du Collège souhaite profiter des diverses plateformes pour proposer, via la lecture électronique, une plus grande visibilité à notre revue.

Depuis 2015, le Nous du Collège est intégralement disponible à la lecture en ligne sur nos sites internet www.ndj.edu.lb et www.csg.edu.lb.

Nous nous proposons donc de limiter sa publication aux supports électroniques et d’en imprimer une quantité limitée, uniquement sur commande pour ceux qui le désirent.

Il faut savoir que l’accès et la lecture en ligne sont gratuits et que le prix d’achat du Nous (10.000 L.L. environ par numéro) sera comptabilisé dans les frais de scolarité uniquement pour ceux qui commandent la version papier.

Les numéros commandés seront facturés avec les frais de scolarité de votre (vos) enfant(s).

Pour toute information, vous pouvez nous écrire à l’adresse suivante : bcp@ndj.edu.lb

L’équipe du Nous du Collège

Nous du Collège n°291, juillet 2019

[Nous du Collège n°291, juillet 2019 : version consultable en ligne, cliquez]
(version compatible desktop & smartphone)

 

Nous du Collège n°291, juillet 2019

De la vie à l’école à l’école de la vie

 

« L’éducation ne se borne pas à l’enfance et à l’adolescence. L’enseignement ne se limite pas à l’école. Toute la vie, notre milieu est notre éducation, et un éducateur à la fois sévère et dangereux. » Paul Valéry

 

Si l’éducation commence à la maison, elle se poursuit et se consolide bien à l’école, qui lui assure un environnement propice, basé sur des valeurs propres à elle et une mission bien définie à accomplir auprès de ses élèves. C’est dans cette optique que le Collège met à la disposition des élèves, outre l’enseignement des matières de base, divers moyens pour se former et s’épanouir au niveau personnel, comme par exemple les activités sportives, sociales, culturelles et artistiques, mais aussi technologiques (à noter l’ouverture de l’Académie de Robotique et d’Intelligence Artificielle au Collège en juillet 2019), ainsi que les différents mouvements (scout, MEJ, CAS), etc.

Elle arme ainsi les jeunes qui lui sont confiés du bagage nécessaire pour affronter la vie extrascolaire et compléter par là même l’éducation qu’ils ont reçue sur les bancs de l’école. Certains deviendront politiciens, d’autres éducateurs ou hommes d’affaires, ou encore artistes ou hommes de religion. Nous retenons ici l’exemple de deux anciens élèves de Jamhour qui se sont illustrés dans leur carrière : feu le patriarche Cardinal Mar Nasrallah Boutros Sfeir auquel nous rendons hommage dans les pages du Carnet de famille, et M. Sélim Bassoul, PDG de Middleby Corporation et fondateur de Bassoul Dignity Foundation, parrain de la Promotion 2019 (voir rubrique Promo). Si l’un était l’incarnation du dialogue interreligieux et du vivre-ensemble, l’autre a pu tirer bien des leçons de ses échecs scolaires pour percer dans une carrière à l’international et s’investir de surcroît dans l’humanitaire. Ces anciens, tous deux des exemples d’humilité malgré leurs postes haut placés, reflètent bien les valeurs transmises par l’éducation scolaire à Jamhour, mais aussi par les leçons de la vie.

Nous du Collège n°290, février 2019

[Nous du Collège n°290, février 2019 : version consultable en ligne, cliquez]
(version compatible desktop & smartphone)

 

Nous du Collège n°290, février 2019

Chantiers, réformes et projets…
Notre Collège en perpétuel développement

Charbel Batour, S.J.
Recteur

 

Chantiers sur les trois campus

Un chantier a déjà commencé il y a deux ans, il sera terminé l’été prochain. Après consolidation des assises du bâtiment des laboratoires, sa terrasse sera aménagée en cour de récréation couverte pour les classes de Première et de Seconde. Les élèves de ces classes n’ont jamais profité d’un espace adéquat à l’abri de la pluie en hiver, et du soleil au printemps et en été. Il est temps qu’ils en disposent d’un !

L’été dernier, nous avons achevé la réfection de la cour de récréation des 12e-11e. Avant les travaux d’aménagement, cette cour était devenue un espace peu sécurisé pour les tout-petits. Aujourd’hui, nous avons une cour revêtue de tartan, la matière de revêtement de sol la moins dangereuse pour les élèves. Le nombre d’accidents dans cet espace a diminué de 90% depuis la rentrée, cette année. Vue du ciel, sur la carte Google par exemple, cette cour semble bien épouser la couleur verte de la forêt. Vert, orange et bleu ont égayé cet espace un peu triste autrefois.

D’autres cours verront leur structure s’améliorer ou être complètement restaurée dans les années à venir. Cela dépendra de notre capacité de lever des fonds pour mener à bien les travaux nécessaires.

Le grand chantier du Collège Saint-Grégoire (CSG) fut l’événement le plus important de l’été 2018. Avec un campus au cœur d’Achrafieh, Jamhour se développe davantage à Beyrouth. Plusieurs projets sont déjà envisagés pour notre campus beyrouthin ; ils seront dévoilés dans les mois à venir. Par l’acquisition de l’ensemble de l’école arménienne Sainte-Suzanne, le Collège s’est considérablement agrandi, la circulation est nettement plus fluide et les élèves disposent d’espaces beaucoup plus importants pour étudier et pour se reposer. En septembre 2018, le CSG s’est bien métamorphosé. Il va toujours de l’avant.

Nous du Collège n°289, juillet 2018

[Nous du Collège n°289, juillet 2018 (entier) : version consultable en ligne, cliquez]
(version compatible PC & smartphone)

 

Nous du Collège n°289, juillet 2018

La joie des vacances, la joie de l’achèvement

L’année scolaire 2017-2018 touche à sa fin. Quand ce numéro du Nous du Collège sera entre les mains de nos lecteurs, les élèves et les enseignants seront pratiquement en vacances. Les vacances, certes, sont plus qu’attendues après quelques mois de travail et parfois de tensions scolaires et institutionnelles. L’idée d’avoir un temps ouvert, l’idée d’avoir un temps vacant, un temps où rien n’est programmé, ni le réveil le matin, ni les cours à assurer ou à suivre, ni des devoirs ou des évaluations à faire ou à corriger, ce temps est sûrement une source de repos et une source de joie.

Mais cela va sans dire qu’il y a joie et joie. Nous pouvons être tentés d’appeler joie n’importe quel sentiment de bonheur passager ou de plaisir éphémère, alors que la joie implique un bonheur et des plaisirs vécus. Le contraire est loin d’être vrai. Dans tous les cas, nous soulignons depuis des années que, dans notre communauté, nous ne sommes plus d’accord sur ce que nous voulons dire par le mot « joie », qui risque d’être une source supplémentaire d’ambiguïté et d’incompréhension entre nous. J’ose dire qu’autour de ce concept de joie nous pouvons noter une divergence dans les valeurs auxquelles nous sommes attachés. Autrement dit, de la définition de la joie dépend notre échelle de valeurs. Pour cette raison, ce sujet me semble de première importance. Il y a quelques années, nous avons pris la joie à l’école comme le thème de toute une année scolaire et nous avons essayé de définir les lieux concrets de la joie à l’école, et les difficultés qui nous empêchent parfois de vivre cette joie qui demeure ce que chaque cœur humain désire et vers lequel tout un chacun tend. Mais nous ne nous sommes pas attardés sur les ambiguïtés de la joie imaginée ou anticipée, qui diffère radicalement de la joie vécue réellement au plus intime de nous-mêmes et qui est de l’ordre du don de la vie…

Nous du Collège n°288, mars 2018

[Nous du Collège n°288, mars 2018 (entier) : version consultable en ligne, cliquez]
(version compatible PC & smartphone)

 

Nous du Collège n°288, mars 2018

Le Nous du Collège fête ses 80 ans

Il y a 80 ans, les jésuites du Collège Secondaire de l’Université Saint-Joseph, ont pensé la nuit de Noël 1937, à fonder le Nous, le journal de leur Collège.

Depuis, le Nous continue de refléter la vie du Collège et de vibrer au rythme de la vie scolaire de ses élèves et de son corps enseignant. Cela fait 80 ans que le Nous du Collège nous accompagne sans cesse dans cette aventure quotidienne qui s’appelle « l’éducation », elle parle des talents et de l’excellence de nos petits et de nos jeunes, elle raconte leurs exploits sportifs et technologiques ; elle leur donne l’espace de s’exprimer par la plume ou le dessin, elle fait écho à la belle musique qu’ils font retentir, elle raconte leur générosité dans le travail social, elle relate les aventures des camps scouts et du MEJ, elle illustre leur vie au Collège et ailleurs par des photos aux multiples couleurs.

Depuis 80 ans, que de choses se sont passées au Liban et dans le monde et dont le Nous a été le miroir. Un an après le travail dynamique du Père Louis Tresca, S.J. pour fonder cette Gazette, la deuxième guerre mondiale éclate. Cinq ans après, le Liban obtient son Indépendance. À ses vingt ans, le soulèvement de mai 1958 a eu lieu, signe précurseur de la fameuse Guerre de 1975 qui a déchiré le pays et la communauté du Collège. 44 ans après, l’armée israélienne envahit le pays, campe au Collège en humiliant notre communauté et les Pères du Collège. L’armée syrienne et ses alliés détruisent une bonne partie du Collège le 13 octobre 1990 et assurent la mainmise totale sur le pays quelque 52 ans après la fondation du Nous.

Concours des 80 ans du Nous du Collège

Concours des 80 ans du Nous du Collège

La remise des prix au concours de la meilleure couverture du Nous du Collège a eu lieu le vendredi 26 janvier 2018 en salle d’académie.

Sur les 71 dessins du CNDJ et du CSG, le jury a sélectionné 4 œuvres comme suit :

Pages